Au début de l’année 2024, la maison au milieu du chemin… « La maison des amis » accueillera 8 jeunes adultes singuliers… À chacun sa couleur de chambre…

Au début de l’année 2024, au bout du chemin, il y aura une grande maison, « La maison des ami-e-s ».
En langue des signes un toit dont les deux mains font la pointe et une proximité illustrée par les dix doigts en crochet. Nous sommes à Montreuil, en Seine Saint-Denis. Actuellement en travaux, elle accueillera alors huit jeunes adultes singuliers fâchés avec la parole. Une particularité à laquelle sont associées quelques difficultés. Résultat : des troubles complexes du langage, non encore répertoriés par la pesanteur administrative en délicatesse avec la rareté de ce handicap.

Il n’empêche … L’ARS IDF a validé MÉMO, une plateforme de services basés sur la demande de ces jeunes adultes. L’accueil de jour dans un premier temps et aujourd’hui cet habitat communautaire au cœur d’une ville très impliquée dans l’associatif et l’accès de toutes et tous à une citoyenneté pleine et entière.
« La maison des amis » a ses fondations dans l’alliance de l’AFHAR-TCL, association de familles sans solutions adaptées au handicap de leur enfant et le GAPAS organisme gestionnaire du financement de l’Ars et acheteur du lieu.

Chacun son studio…

Restait à imaginer la mise aux normes l’agencement et la cohabitation. Les résidents ont d’abord fait connaissance avec l’architecte avant que soient organisées par la dynamique équipe de Mémo des visites régulières de chantier et des ateliers : des contraintes de la vie en commun à la couleur (chacun la sienne) des murs des studios, de l’implication psychologique d’un déménagement (quitter le domicile familial) à l’organisation du ménage (la vaisselle, quelle vaisselle ?), de la vie affective à l’implication dans la cité.        

Sur ce chemin, il n’est pas inutile de souligner l’énergie et l’implication de toutes celles et tous ceux qui ont porté, portent ou vont habiter ce projet dont « La maison des ami-e-s » est l’un des beaux symboles d’une vie parfois largement incertaine. Elle ouvre pour nos résident-e-s une belle page de leur avenir.

ACTUALITÉS

  • 🇺🇸 La nuit américaine et le tapis rouge de « La bande à MÉMO »

    🇺🇸 La nuit américaine et le tapis rouge de « La bande à MÉMO »

    Vendredi 9 février 2024, ils étaient quelques-uns de la « bande à MÉMO » à être invités à une soirée « Night to shine » organisée par la Fondation Lejeune. Accompagnés par leurs éducateurs, ils ont ensuite retrouvé les parrains et marraines qui les ont accueillis avec une grande bienveillance et les ont escortés tout au long de la soirée… Comme à un bal de promo, un ruban fut noué aux poignets des jeunes  filles et une boutonnière fixée au revers de veste des jeunes hommes. Un peu de maquillage, une retouche de la coiffure et les voilà partis …

    Lire la suite

  • 👯 Quand Léa se met à la barre 👯 comme tout le monde 👯‍♀️

    👯 Quand Léa se met à la barre 👯 comme tout le monde 👯‍♀️

    Depuis quelques mois, chaque jeudi matin, Léa se rend avec entrain à  son cours de danse au Centre de Danse du Marais. Léa fait partie intégrante du groupe et n’a pas de place différente par rapport aux autres participantes. Elle suit le même enseignement que les autres… Léa fournit des efforts et exécute les exercices à la barre. Les danseuses autour d’elle sont bienveillantes et l’aident si besoin. En fin de séance, les applaudissements des autres danseurs sensibles à ses efforts sont un bel encouragement. Elle y gagne de la confiance en elle …

    Lire la suite

  • 🎥 Le Festival International du Film sur les Handicaps. Quand la singularité se fait un film …

    🎥 Le Festival International du Film sur les Handicaps. Quand la singularité se fait un film …

    « … j’ai toujours dit « singularité », parce que estimer que tout le monde est singulier, c’est donner une chance à tout le monde…/… pour des questions de nomenclature, dans une société française qui est très dépendante de l’administration et de ses pesanteurs, le handicap permet de catégoriser un certain nombre de personnes et de leur donner éventuellement des aides le mieux possible et, on le souhaite, le plus possible. Mais imaginer que nous sommes tous singuliers et l’idée du vivre ensemble y trouve largement son compte… »

    Lire la suite